Photo

Témoignage de Hayet MERABET-HAMMADI

Hayet MERABET a soutenu en 1986 une thèse de statistique à l'Université de Rouen. Elle est maître de conférences à l'Université de Constantine en Algérie.

Souvenir du 4 juillet 1986

Boursière du gouvernement Algérien, à l'automne 1983 mon père m'a accompagné jusqu'à Rouen. J’ai eu l’honneur et le privilège d’être bien accueillie par Monsieur Jean-Pierre Raoult.
Après avoir obtenu le diplôme des études approfondies en probabilités-statistique-informatique, j’ai préparé sous la direction du professeur Raoult une thèse de troisième cycle.
Je vous présente ci-dessous quelques photos prises après la soutenance de ma thèse le 4 juillet 1986.

Le Président présente le résultat des délibérations du jury. La couverture de la thèse. Le Président du jury félicite la nouvelle docteur.

De gauche à droite : Are Uppman, Dominique Cellier, Doukissa Kritikou, Dimitris Terzakis, Jean-Marie Rollin, Claude Dellacherie, José de Sam Lazaro, Gérard Grancher
De gauche à droite : Dominique Cellier, José de sam Lazaro, Dimitris Terzakis, Christian Robert, Claude Dellacherie

De gauche à droite : Christian Choffrut, Jean-Pierre Raoult, Hayet Merabet, Mohammed Messaoud Merabet, Dominique Fourdrinier.
De gauche à droite : Christine Duboc, Hayet Merabet, Christiane Petitseigneur, Dolorès Pérégrina

Mon père avait fait le déplacement pour assister à la soutenance. Ce témoignage est aussi une façon de rendre hommage à mon cher père, récemment décédé, qui avait osé laisser, à des milliers de kilomètres, durant 3 longues années ce qu'il avait de plus précieux pour permettre à sa fille de mener à terme ses études universitaires. Et cela il y a plus de 30 ans, à une époque oñ intarNet n'existait pas et où téléphoner était coûteux.
Durant 3 ans, j’ai eu la chance de bénéficier, dans le respect et la tolérance, de tout le potentiel humain et matériel du laboratoire de mathématiques de l’Université de Rouen.
De retour en Algérie, je suis devenue enseignante-chercheuse à l'Université de Constantine. J'y ai soutenue en 2004 une thèse d'état sous la direction de Jean-Pierre Raoult (avec qui j'ai continué d'avoir des échanges jusqu'à son départ à la retraite); Bruno Lecoutre faisait partie du jury.
Je ne suis revenue à Rouen qu'en 2015. Le laboratoire avait grandi, tous les bureaux étaient équipés d'ordinateurs, l'ambiance sympathique et une grande générosité étaient toujours là.